Petit pays Gaël Faye

Petit pays      Grasset        08/2016     224 pages

 

J’avais entendu que les livres de cette rentrée littéraire n’étaient pas vraiment d’une gaieté folle.
Deux lectures coup sur coup. Deux chocs !
Gaël Faye je connaissais, j’écoute souvent son CD. Lorsque j’ai entendu parler du livre Petit pays, j’ai mis un peu de temps à comprendre que le chanteur/rappeur était devenu écrivain.
Un roman qui commence dans la douceur et la folie souriante de cette Afrique. Une histoire racontée à hauteur d’enfant par Gabriel dit Gaby, 10 ans. Enfant métis il raconte cette vie, pleine de mouvement et d’odeurs. Les parents, les copains, les employés dont il se sent proche et une enfance heureuse avec la bande de copains.
Et puis ces questions sur les absurdités de la guerre. Que peut comprendre un enfant à toutes ces histoires ?Une histoire de nez et de taille qui différencie les Hutus et les Tutsis …. Est-ce si important ?
Le roman bascule en même temps que la guerre et ses horreurs s’invitent dans ces pages.
Quand l’Afrique se transforme en cadavre….
Un livre lu avec effroi et émotion, et pourtant on connait tout ou presque de l’histoire du Rwanda et du Burundi. Mais à chaque fois on est surpris par toutes ces massacres , cette haine frénétique et sans fin.
Gaël raconte…. s’interroge…. explique…. et nous fait sourire de cette enfance libre et heureuse pour nous entraîner dans un monde où la terreur et la folie règne.
Vu le débat actuel sur l’identité qui pollue la France on ne peut que s’inquiéter…. Le Burundi ne supportait plus les immigrés venus du pays voisin. Tout n’était que problème identitaire, monté en épingle par des groupes haineux.
Dans sa chanson Petit pays Gaël Faye dit

Petit pays je saigne de tes blessures
Petit pays je t’aime ça j’en suis sûr.

Un roman poignant et terrible, un grand livre pour dire l’innommable.

 

A lire également

Le témoignage de Scholastique Mukasonga sur le massacres de 37 membres de sa famille.

« Nous étions des Inyenzi, il n’y avait qu’à nous écraser comme des cafards. «