Sabine Panet et Pauline Penot

Sabine PANET

Deux « copines » depuis le Ce2  qui sont devenues des auteures, elles  écrivent à 4 mains.  5 romans en commun et 2 de plus pour Pauline Pelot.Une belle découverte que leurs livres. Le tout premier que j’ai lu c’était

Ma petite soeur s'appelle Prématurée par Panet      Ma petite sœur s’appelle Prématurée

école des loisirs   2005

Barnabé, 12 ans, a des parents assez étranges. Ils ne font rien comme les autres, anticonformistes et loufoques le pauvre Barnabé ne les comprend pas toujours. Quand on pense à la « sombre histoire  » de son prénom, juste pour embêter la grand-mère qui avait dit
 » -Quoi ? Mais enfin, on ne fait pas un enfant hors mariage au nez et à la barbe de ses parents ! aurait-elle hurlé.
(…) à la barbe et au nez. Barboné. Barnabé. Et voilà. »
Donc des parents tellement inconscients qu’ils viennent de faire une petite sœur suite à un pari et une histoire de pingouin!!
Les traitres !!!
La petite sœur arrivera un peu trop tôt, ce qui provoquera bien des inquiétudes à la famille mais Barnabé va changer d’avis et découvrir l’amour fraternel.

Ce petit roman est un vrai délice, le style est enlevé, l’humour presque à chaque coin de page, les dialogues sans fioriture, on est vraiment dans le monde de Barnabé, et c’est un joli voyage. Même si le sujet est un peu grave les auteurs nous donnent un roman gai et joyeux.
J’ai pris beaucoup de plaisir à le lire.

« Mon père n’arrange rien. Il s’appelle Hugues. « Ugh ! c’est moi  » dit-il toujours quand il rentre en poussant son cri de guerre apache avant de nous embrasser. « 

Des coeurs à histoires par Penot  Des cœurs à histoires   Pauline Penot  École des loisirs  2003

On parle beaucoup de cœur dans ce petit roman. D’ailleurs Léo, le héros de l’histoire rêve d’être cardiologue. Et pour son anniversaire il veut un stéthoscope pour  » écouter le cœur des gens « .
Une histoire qui se lit d’une traite. Les dialogues sont drôles et percutants, Léo touchant et attachant et les parents présents et compliqués….
J’aime bien les histoires de Pauline Penot et celle-là je l’ai adorée.
Parce que toutes les histoires de cœur ne se ressemblent pas, parce qu’il n’y a pas que la tuyauterie qui a des ratés et que l’opiniâtreté d’un petit garçon peut faire des miracles.
Drôle, enlevé, un roman qui se lit dans un souffle… Et une belle bouffée d’oxygène !!!

Maman avait écrit en petites lettres sèches :
 » Qu’est-ce que tu veux ? « 
Le soir, glissé entre deux pages de l’agenda de maman, il y avait la réponse :
 » La Paix »
Et comme en ce moment ils ne se comprennent pas du tout, une fois de plus cela n’a pas loupé. Papa voulait dire  » Qu’on fasse la paix » et maman a compris : « Fiche-moi la paix » . En rentrant de l’hôpital, papa a trouvé ses valises bouclées sur le palier.

Et puis j’ai découvert ces 2 romans ados, lus dans le désordre….

Le coeur n'est pas un genou que l'on peut plier  Le cœur n’est pas un genou que l’on peut plier  -2012-  éditions Thierry Magnier

Sur le thème du mariage forcé ce livre finalement assez léger et plein d’humour nous parle d’ Awa qui avait été promise à un cousin alors qu’elle n’était pas encore née. Awa ne vit pas au Sénégal et a une autre vision de son avenir. Sa petite sœur Ernestine, passionnée de Théâtre, sa tante Dado, largement émancipée des traditions et et la mère de famille vont tout faire pour faire céder le père qui a le sens de l’honneur.Car pour lui une promesse est une promesse. Ecrit d’un style enlevé et joyeux c’est avec enthousiasme que nous découvrons la famille Bocoum qui vit à Villepinte. Bien loin de leur Afrique natal et de ses traditions.

« Si nous allons tous au Fouta cet été, c’est pour ton mariage avec ton cousin Malick.
Awa regarda partout dans la pièce. Elle essayait de gagner du temps avant de réfléchir à ce qu’elle venait d’entendre »

C’est un roman généreux et tonique qui nous fait vivre cette histoire moderne, sans tomber dans le piège des clichés . Le parallèle avec L’école des femmes, la pièce jouée par Ernestine, met intelligemment en valeur la problématique sociale.

Et le petit plus de ce roman la dispute des parents dans une joute verbale de proverbes africains. Jubilatoire.

La tête ne sert pas qu’à retenir les cheveux. – 2015 –  éditions Thierry Magnier

Dans cette suite on retrouve la famille Bocoum pour un sujet grave, l’excision. Awa se découvre excisée, sans avoir été prévenue de ce fait. Désespérée et en colère elle va vouloir protéger sa toute petite sœur de cette mutilation , surtout qu’il semble que sa mère est en train de préparer avec les femmes de St Denis la cérémonie. Dado, la tante toujours célibataire mais amoureuse, Ernestine, toujours aussi vive aideront Awa à protéger la petite Amayel. Un sujet sensible sur une tradition ancestrale que les femmes de la famille Bocoum condamnent à juste titre.

L’excision mais aussi le racisme,  le cinéma, les champignons – de culture – , l’amitié et l’amour sont au cœur de ce roman. Un bon moment de lecture, tant l’histoire est intelligente et militante. Et puis il y a aussi quelques moments de drôlerie. J’ai beaucoup aimé. A lire dès 14 ans.

Le baluchon de la création du monde et autres contes yoroubaLe baluchon de la création du monde et autres contes Yorouba . illustration Aline Rolis 2013  L’Harmattan

« Dans les cales des bateaux négriers, les esclaves arrachés à l’Afrique transportèrent vers le Nouveau Monde leurs traditions et leurs dieux.
A Bahia, dans le nord-est du Brésil, les Yorouba issus du golfe de Guinée perpétuèrent leurs cultes et implantèrent leurs divinités, les Orichas. »

6 récits alimentés par l’imaginaire des auteures qui mettent en scène les Ochiras…. qui sont à l’image des hommes. Donc pas exempt de défauts. Des récits pas toujours faciles à appréhender mais qui nous parlent sagesse, nature et tradition.

« Ossaïm est enfermé à l’intérieur de la forêt. Pourtant la Nature ne le retient pas prisonnier : c’est le regard des hommes qui lui interdit la vie en société. »
( La vieille femme et le bébé de feuilles)

L’été de mes nuits blanches  Pauline Pelot – 2015-  Édition Thierry Magnier

Une histoire qui se passe à Blois.

Intéressée par ses 2 auteurs j’ai eu la surprise de découvrir cet article dans le journal local. Ainsi Pauline Penot était blésoise. Voici une interview bien intéressante pour mieux la connaître.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/Actualite/24-Heures/n/Contenus/Articles/2016/09/18/J-aimerais-tant-que-les-Blesois-me-lisent-!-2842786

Loir-et-Cher – Blois – Rencontre

 » J’aimerais tant que les Blésois me lisent ! « 

Pauline Penot, médecin et auteure jeunesse. 

Dans la quiétude de sa propriété familiale blésoise, Pauline Penot écrit des livres pour enfants. Rencontre.

 Elle est la petite-fille du Dr Jean-Victor Penot, célèbre chirurgien blésois, fondateur en 1922 de la clinique éponyme. Et la nièce du Dr Jacques Penot qui prit la succession de son père en 1960. Pas étonnant que Pauline Penot ait suivi la même voie que ses deux référents comme elle les appelle. Médecin interniste à l’hôpital Saint-Louis, à Paris, spécialiste des maladies rares, infectieuses et tropicales, Pauline écrit aussi des livres pour enfants.

Elle nous reçoit aux Brochards, la jolie propriété en bord de Loire achetée par son grand-père à un peintre anglais. « Mes grands-parents habitaient près de la clinique, rue du Foix. Les Brochards, c’était leur résidence de vacances. Pour moi, c’est mon ancrage. J’ai eu une enfance perturbée entre remariages et déménagements. C’est ce qui explique mon fort attachement à cette maison », confie sans détour cette attachante jeune femme. C’est aux Brochards que Pauline prépare son bac et ses examens de médecine. Et c’est là aussi qu’elle viendra plus tard écrire à quatre mains avec Sabine Panet, sa « meilleure amie depuis toujours ».

Nouveau roman

Passionnée de littérature, Pauline s’est intéressée aussi très tôt à l’histoire royale de Blois. A 14 ans, elle organise une visite impromptue du château en langue portugaise. « Ma mère est brésilienne alors je parle la langue. Les gens m’ont récompensée car ils étaient ravis ! » Du coup, à 16 ans, Pauline postule pour un stage et réussit à se voir confier quelques visites guidées. Ce qui lui a sans doute inspiré L’Eté de mes nuits blanches, petit roman qui se déroule à Blois…
En ce moment Pauline travaille à un nouveau roman avec son amie. « C’est aussi un prétexte. Nos maris s’occupent des enfants pendant que l’on passe des vacances ensemble ! Mais à un moment, il faut bien s’y mettre et ça finit par marcher. Les idées viennent, surtout dans mes nuits d’insomnie. L’écriture nous a apporté beaucoup de bonnes choses, de beaux voyages, de belles rencontres. Mais l’une et l’autre, on n’a encore jamais pu en vivre. »
Lorsqu’elle est à Blois, Pauline adore aller fouiner à la librairie Labbé. « Ils ont d’ailleurs un très joli rayon jeunesse. » Elle espère bien sûr y voir ses romans en bonne place. Surtout son préféré, L’été de mes nuits blanches. « Il est destiné aux grands ados. Mais que les adultes ne se privent pas. J’aimerais tant que les Blésois me lisent ! »

repères

 » L’été de mes nuits blanches « 

> Née en 1982, Pauline Penot est l’auteure de plusieurs romans et nouvelles pour la jeunesse écrits seule ou avec Sabine Panet.
> L’excision, le mariage forcé, la maladie, la mésentente des parents… si les histoires traitent souvent de problèmes sérieux, le ton en est léger, voire humoristique. Certains ouvrages sont accessibles dès l’âge de 9 ans.
L’été de mes nuits blanches, édité par Thierry Magnier, dans la collection romans ados, se déroule à Blois. Ce court roman raconte l’histoire d’un adolescent, Gaël, qui a du mal à trouver sa place au sein de sa famille. Obligé par son père de travailler tout l’été au château de Blois, Gaël déteste la ville, et ne cesse de s’apitoyer sur son sort. Pourtant, en partageant ses insomnies avec sa belle-mère, il trouvera enfin une oreille attentive. Et petit à petit, il verra la vie tout autrement. A lire à partir de 15 ans.

Cor. NR : Monique Cabourg
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s