Je me suis tue

Je me suis tue    Matthieu Menegaux         Je me suis tue      Grasset 198 p

Claire est en prison, en attente de son procès. Elle raconte ce qui s’est passé. Dès le début on comprend de quoi elle est accusée, même si on ne s’attend pas à ce qui va suivre.
Claire a une bonne situation, un mari aimant, le travail c’est toute leur vie. Ils auraient aimé avoir un enfant, une blessure dans leur couple.
Claire vit un drame, mais seule. Seule parce qu’elle ne veut ou ne peut pas parler. On pourrait la détester pour son arrogance, sa réussite, sa vie de bourgeoise aisée.
Mais il y a eu à un moment un grippage dans cette belle mécanique, des choix qui ont rarement été judicieux.
Voilà l’histoire de Claire, telle qu’elle la raconte, avec humilité, émotion et une grande détresse… Peu de personnes lui auront tendu la main…Mais le voulait-elle?
Ce premier roman est bouleversant, on le lit d’une traite avec une émotion intense.
Terrible histoire que cette tragédie humaine, écrite avec sensibilité et précision par cet auteur masculin. Bouleversant, oui. Totalement. Désespéré aussi.
L’auteur nous bouscule jusqu’à la dernière ligne.

Un premier roman très maitrisé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s