Lire en Loir-et-Cher Rencontre avec Ahmed Kalouaz

Il y peu nous avons rencontré Ahmed Kalouaz à Vineuil. Jolie rencontre, très sympathique et toute en émotion.

Lire 41 : Ahmed Kalouaz  photo DLP

Ahmed Kalouaz aime parler aux gens, il commence par quelques anecdotes vécues lors de son voyage en train, rencontres avec des anonymes… Il amorce ainsi le débat avec humour. Il a un carnet noir plein de mots et de notes. De poésies ébauchées également…Il le sort à plusieurs reprises de sa poche.
Il a les yeux qui pétillent, il semble très modeste mais il est d’une telle richesse. Il raconte ses livres (près de 40 ),  sa famille aussi dont il a tant parlé dans ses écrits. Dans cette soirée il a surtout été évoqué trois de ses romans. Une trilogie qui a fait sa vie, marquante pour le lecteur.

Avec tes mainsLa figure du père dans « Avec tes mains », celle de sa mère « Une étoile aux cheveux noirs » Une étoile aux cheveux noirs et celle de sa sœur disparue peu avant l’arrivée en France de la famille « A l’ombre du jasmin »A l'ombre du jasmin .

Une trilogie familiale pour des portraits forts et bouleversants. Et pourtant ce ne sont que des vies ordinaires.
Souvent marquées pour les parents par le racisme et le mépris de certains…mais aussi portées par une fierté et un courage énorme.

Il nous a dit qu’il balaie en rentrant chez lui, une sorte d’habitude. Il rit  » l’aspirateur c’est trop bruyant, surtout en pleine nuit ».

Il dit la vie, l’humanité qui est en lui. Cette France qu’il connait si bien. Il a voyagé, fait des rencontres, répondu à un collégien qui lui demandait sa nationalité  » Je suis Humain ». Une nouvelle pirouette pour faire sourire. Il est doué, pudique, chaleureux.
Une lectrice du comité de lecture de Vineuil nous lit un poème qu’elle a écrit. C’est le résumé, touchant et vrai, du roman « A l’ombre du jasmin ». Moment de silence dans la salle. L’auteur est ému. Nous aussi.

Il a moins évoqué ses romans jeunesse,  c’était une demande de son éditrice ; écrire pour les jeunes. Quelques craintes au départ et puis cette remarque qui l’a comblé  » la poésie de son écriture était toujours présente ».

Il a lu un extrait d’un de ses livres et puis un poème

LE JASMIN
( extrait  )                                           Des mots à marée haute

(…)

J’avais si peu vécu lorsque tu es partie,
nous n’avons partagé ni le pain ni les mots
ni les genoux écorchés.
Tant de jours envolés
sans avoir prise sur eux.

Fleur au jasmin, tu ne seras
ni jeune fille
ni femme voutée flétrie par le temps,
comme une autre,
envolée bien plus tard
sur le bord d’une route.

 

Absentes Un livre souvenir autour de son autre sœur disparue à 25 ans. Avec l’images des proches, touchées….brisées. Un livre entre les vivants et les morts.

C’était Lire en Loir-et-Cher, un joli moment d’échanges entres les bibliothécaires de la DLP et de Vineuil et Ahmed Kalouaz. Un moment de grâce que tous ont apprécié.

Voici encore quelques mots d’Ahmed Kalouaz,  que j’ai lu lu dans son livre  » Fugue bretonne »                                   Fugue bretonne

« Insensiblement, le voyage toucha à sa fin, les gens prirent congé les uns après les autres. Il était l’heure de retourner place de la Motte à Limoges pour de nouvelles paroles à offrir. Fatigué, je poussai la porte de la bibliothèque, avec l’impression de laisser derrière moi un peu de douceur dans l’air« 

 

Merci Monsieur Kalouaz.

 

Lire 41 : Ahmed Kalouaz

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s