Un auteur : Ahmed Kalouaz

Un choix de livres des éditions Le Rouergue, collection La brune a tourné pendant quelques mois à la bibliothèque. Découverte de cette collection et d’auteurs que nous n’aurions sans doute pas lu ou de romans inconnus.

Après lecture, échanges et discussions, un auteur  a été choisi par le comité de lecture de notre secteur.

C’est donc AHMED KALOUAZ qui viendra rencontrer ses lecteurs « Espace Etienne-Baudet »  Vineuil (41) le vendredi 20 mars à 20h30.

(Photo Le Télégramme)

 

 

En attendant nous vous proposons un choix de romans. Romans adultes et jeunesse à découvrir avant de pouvoir en parler directement avec Ahmed Kalouaz.

Nous l’avons découvert avec A l’ombre du jasmin qui faisait partie de la sélection Lire en Loir-et-Cher.A l'ombre du jasmin par Kalouaz

« J’ai enduré ta mort avant de commencer ma vie. »

L’auteur remonte le temps, pour parler de sa sœur Mimouna, qu’il n’a pas connu mais qui le hante. Un retour sur les origines et la naissance du désir d’écrire. Une écriture superbe,  un texte émouvant et poétique.

Une étoile aux cheveux noirs. Une étoile aux cheveux noirs

« Là-bas, au pays minier, nous avions l’âme charbonnière, même les mésanges portaient ce nom »

Un récit sur sa mère. une mère courage qui a vécu le déracinement, les difficultés de la vie et le racisme

Un beau portrait pour une femme digne et dure, effacée et aimante malgré ses contradictions.

L’auteur, avec son écriture limpide, déroule l’écheveau des souvenirs, se demandant si la mère qu’il rejoint sera toujours là..

Avec tes mains     Avec tes mains

« Parler de toi, mon père, c’est remonter un fleuve en pirogue. A l’heure de ces premières lignes lancées sur le papier, je cherche le lieu où tu pouvais être en 1932. Ce sera le début. Il en faut un (…) « 

Dans ce récit, c’est le portrait de son père Abd-et-Kader, né en 1917. La guerre, l’exil, l’indépendance, l’immigration et les dures métiers. Une histoire difficile dans une France pas toujours accueillante.

Les solitudes se ressemblent     Les solitudes se ressemblent

« Les solitudes se ressemblent et les hôtels aussi. »

Dans une chambre d’hôtel, une femme – femme de ménage – se remémore  profitant de quelques jours de congés…Souvenirs d’enfance dans un camp, cerné de barbelés. Son père était harki… Le silence des parents ne l’a pas aidée à trouver sa place… Un questionnement douloureux.

Absentes    Absentes par Kalouaz

« Depuis des mois j’attendais près de ces lignes, sans savoir ce qu’elles deviendraient. Préservant malgré tout cette envie de mots en pluie, dans la mémoire des saisons froides et sèches. Il a plu depuis et il pleuvra encore, sur le gravier blanc des allées bordées de cyprès. « 

Des visages de proches, absents. Définitivement pour sa sœur. Pour les autres c’est la vie qui éloigne….L’auteur n’en finit de réécrire sa famille. Tous ces visages qui le hantent. Souffrance et nostalgie animent la plume d’Ahmed Kalouaz.

Ahmed Kalouaz a écrit de nombreux romans en jeunesse.

Les sauvageons    Les sauvageons  collection Doado

« Je m’appelle Hippolyte, détenu depuis deux ans déjà dans ce bagne en hautes forêts. Deux années où j’ai réussi à fuguer de nombreuses fois. »

L’histoire d’un jeune garçon  » bagnard  » dans une colonie agricole à la fin du XIX e siècle. Un roman en forme de témoignage, inspiré de faits réels.

 

Je préfère qu’ils me croient morts Je préfère qu'ils me croient mort   collection Doado

« Taper dans un ballon, c’est ce que Dieu nous a appris de mieux. On le lui a bien rendu, en sueur, en prières, mais ça ne suffit pas. »

Le rêve de jeunes africains qui se retrouvent confronter à la malhonnêteté de recruteurs véreux. Le monde du foot, la gloire espérée, la détresse des jeunes abandonnés sur la touche…

L’histoire de Kounandi de Bamako à qui on a fait miroiter de grands clubs et un bel avenir.

 

Brûler de l’intérieur Brûler de l'intérieur par Kalouaz Edition Thierry Magnier (photoroman)

« J’ai souvent ressassé des idées sombres depuis trois mois. Avant aussi peut-être, mais je ne connaissais pas le mot à fond. »

Des photographies pour écrire une fiction. La rencontre entre une adolescente, à la vie familiale bousculée et une dame âgée, photographe.

 

Les fées de Dieulefit  Les fées de Dieulefit Oskar  collection Les Justes

« Ma mère m’a dit :

  – Ce ne sera pas long, Sarah, nous devons être prudents, la ville n’est plus sûre avec tous ces contrôles. A quinze ans, tu peux comprendre ça.

 – Oui, mais nous nous retrouverons quand? »

Sarah arrive à Dieulefit dans la Drôme, là dans une une école, créée pour des enfants en difficulté dix ans plus tôt, on protège des enfants juifs à partir de 1940. Trois figures de femmes exceptionnelles, une histoire de « justes « .

 

 

Je suis Charlie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s