wave – récit

Wave par Deraniyagala      WAVE    Sonali Deranyagala    Kéro

 

Wave c’est une histoire que l’on ne voudrait jamais lire.. Parce que ce récit est la lente agonie d’une femme qui a survécu à l’impensable on ne sait comment.
Tout commence dans un décor idyllique. Des vacances au Sri Lanka, pays de l’auteur. Sur la mer il y a une drôle de mousse qui se forme. Qui pourrait imaginer que cela va se transformer en une énorme vague.
Sonali Deraniyagala raconte « au départ, je n’en ai rien pensé. L’océan semblait s’être approché de notre hôtel, voilà tout ». Après c’est la fuite éperdue, dramatique, un combat perdu d’avance. Cette histoire personne ne l’a oubliée. Le tsunami du 26 décembre 2004. Sonali sera la seule survivante. Ce jour là elle perd ses deux jeunes fils, son mari et ses parents. Dans ce livre elle les fait revivre, raconte le réveil difficile quand elle se rend compte qu’elle a tout perdu. Comment elle a pu survivre à toute cette horreur, aidée et portée par ses amis et la famille, mais elle a souvent sombré dans un gouffre sans fond.
Les premières pages sont terrifiantes, c’est l’horreur de tous ces morts, des corps recherchés, des gens hagards et perdus.
Puis peu à peu ce sont des souvenirs de la vie des enfants, de la rencontre avec son mari. De l’amour qui unissait cette famille… On se demande comment elle peut reparler de tout ça. Apparemment c’était un travail nécessaire pour elle, pour se reconstruire un peu. Si cela est possible.
Sonali raconte aussi la maison de ses parents, louée à une famille hollandaise et le harcèlement qu’elle a fait vivre à ces gens car elle n’acceptait pas leur absence, le paysage transformé, le retour longtemps après à Londres. On est vraiment dans la vie de cette famille aux traditions différentes mais qui avait su se créer une superbe vie, heureuse.
Livre bien évidemment douloureux. Une histoire qui nous hante longtemps après avoir refermé ce livre.
L’écriture est sans émotion, comme détachée mais chaque page est un cri de douleur.
Sonali ne peut que nous toucher avec son récit.
Wave, une sale vague qui a tout détruit…et on se demande comment Sonali arrive à vivre malgré tout.
Une histoire sans voyeurisme mais au plus près de la douleur.

 

 

 

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s