Julius aux alouettes

41kwWEiEMUL._[1]

 

Julius aux alouettes   Fabienne Juhel

 

Julius aux alouettes et un étrange roman.
On suit dès le début un cercueil dans une étrange procession un peu acrobatique avec des « stations ». Comme celles du chemin de Croix?
Les personnages se dévoilent peu à peu, on ne sait pas trop qui est qui au début.
– Julius doit être enterré tout nu ! avait dit Lola
Et nous ne sommes pas au bout de nos surprises.
Peu à peu les personnages nous parlent de ce Julius qui a débarqué dans leur vie. Julius à la peau noire, très noire.
Ils disent « j’ai tué Julius » chacun à leur tour. Ils disent aussi « Julius c’est moi qui l’ai rencontré le premier »
Julius le mystérieux qui se dit ELU, qui nous dit qu’il va devoir repartir, qui s’immisce dans la vie de Lola la simplette, pas si simple que cela, de Brian au cœur généreux, de la grand-mère Léonie que la vie n’a pas ménagé et aussi des parents, un médecin altruiste et sa femme qui ont accueillis cet homme sans aucune question.
Tous parleront de Julius, de leurs rencontres, des moments passés avec lui.
Tous diront comment il a bouleversé leur vie.
Et Julius nous tient un langage étonnant « Je suis venu faire de mon corps, cette passerelle qui vous relie au paradis vert de l’enfance »
Cet étrange étranger, comme il dit.
Qui délivre un message, parle des anges, du ciel, de Dieu ..J’ai aimé ce roman jusqu’à la page 143 pour son mysticisme, ces phrases comme dans un souffle, la beauté des personnages, la présence si forte de ce Julius qui semble si « vivant » et son message. Je me suis régalée des mots, des images, de cet amour débordant…Après…je n’ai pas compris où l’auteur voulait en venir. Pourquoi ce chapitre l’amour. Une suite logique au cheminement de la vie sans doute puisque tout se terminera par la mort. Un passage obligé ? Un réconfort avant le drame ? Un cadeau d’adieu ? Mais non vraiment je n’y ai pas trouvé d’intérêt. Dérangeant même.
On retrouve Julius dans un dernier chapitre, Julius qui n’est déjà plus là…Je relirai ce livre parce que c’est un livre fort et poignant.
Fabienne Juhel a une superbe écriture. Coup de cœur pour l’écriture, pour l’histoire aussi.
Alors ce Julius je ne sais pas s’il est venu pour notre rédemption, en tout cas il n’a pas une haute opinion de nous les hommes….
Julius, à la peau d’ébène, bouleversant.

Citations
« – Il ne faut pas voir le mal partout, Brian, m’a dit Julius.
Une question d’angle, je sais. Comme on peut voir le verre à moitié vide ou à moitié plein.
Et pour Julius, un verre sera toujours à moitié plein. »
..

« Alban m’a demandé de donner le change aux enfants
– Ils ne comprendraient pas, Lola surtout.
Non, Lola ne comprendrait pas qu’on puisse aimer à la fois un Prince et une Princesse. Un beau ténébreux de l’aube et une lune au teint de pain d’épices C’est vrai que ce n’est pas écrit dans les livres pour enfant. Dieu sait pourquoi qu’on y conte des inepties : des lapins qui parlent; des ogres qui mangent des enfants, des sirènes qui ont mal au pied, des citrouilles transformées en carrosses…alors qu’on explique jamais assez aux enfants la géométrie variable de l’amour.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s