Le corps saisonnier (Printemps des poètes)

Le corps saisonnier   Sophie Loizeau    Le dé bleu ( 2001)

(A propos de l’étang)

 

J’ai déchiré l’étang                                                                41G9G39NB8L._[1]

La ligne des araignées d’eaux

Horizons de sang

Ici les arbres sont des hérons

Vertigineux

Des pêcheurs à échine courbée

Souffrant sur leur jambe

Reflexion de lignes qui tarde

A remonter de plus loin

Sa mémoire

Et voit passer les barques

Et les hommes dedans à profil de foulque

Ailes closes autour d’un secret

Dont le sens baigne les racines

De ceux qui pêchent encore

Comme de grands oiseaux sinueux

Au bord des rives

 

P1010028

 

 

 

Publicités
par bibliothequedebracieux Posté dans Poésie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s