La petite trotteuse Michèle Lesbre

41NAE37HYRL._[1]

 » Je pensais que si j’achetais la maison que je venais visiter, ce décor pourrait devenir familier. C’était une étrange idée,  je ne l’achèterais pas plus que toutes les précédentes. Je me contentais d’explorer les lieux et de m’abandonner à quelques rêveries qui me rapprochaient peu à peu de ce que je cherchais et que j’étais incapable de formuler clairement. »

Anne descend d’un train. Elle est seule dans cette petite gare. Elle vient visiter une maison au bord de l’océan, non loin de Nantes. Ce sera la trentième et la dernière. Mais celle-ci elle ne l’achètera pas non plus, comme les précédentes. Elle s’imprégnera juste un peu des lieux. Prendra possession de cette maison quelques heures.

« Que faites-vous, je veux dire que faites-vous dans la vie ? a-t-il demandé .

(….)

Je visite des maisons, ai-je murmuré, tandis que l’agent immobilier faisait pour lui seul un cours de plomberie dans la salle de bains. C’est un métier ? m’a glissé Pasquier à l’oreille. Une obsession, ai-je chuchoté. »

Dans l’hôtel où elle s’est installée, elle a rencontré  Pasquier qui crée un théâtre éphémère. Dans cette histoire il y a aussi un chat orange, qui lui rappelle un autre chat Izou,  Izou cétait une autre époque…Il y a donc cet homme qui laisse toujours sa porte de chambre ouverte. L’hôtelière et sa fille, personnages à peine présents.  La trotteuse de la montre de son père rythme les souvenirs d’Anne, avec d’incessants aller-retour entre présent et passé. Souvenir d’enfance avec la famille, vacances avec ses parents, la guerre encore et toujours….Il y a le pas de son père, si lourd. Un père malade et malheureux, décédé prématurément. Homme falot et énigmatique. Il y a la mère.  Une femme dure et frivole. Et il y  la guerre. Dont Anne a gardé des cicatrices invisibles.

Quelle quête poursuit le personnage de ce roman ? Pourquoi présent et passé se mêlent-t-ils avec autant de précision? Et ces maisons sur son chemin?

Comme d’habitude l’écriture de Michèle Lesbre est  poésie, elle manie les mots avec une certaine tendresse et une implacable cruauté. Une fois de plus elle nous entraîne dans un voyage improbable.

J’ai attendu une fin en apothéose,  m’accrochant à l’attente d’une révélation. Donc je me suis un peu perdue à la fin de ce roman, regrettant de ne pas y trouver ce que j’avais pressenti avec une plus grande force….Malgré tout le puzzle est  terminé.

Un livre à lire sur un ou deux jours pour ne pas perdre le fil. Mais l’écriture de Michèle Lesbre est ainsi, et plus on la découvre plus on l’aime.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s