Littérature française : nouveautés

Une petite sélection pour vous donner envie – peut-être – de  découvrir ces romans….

 

  • Martin WINCKLER       En souvenir d’André     P.O.L  :   Martin Winckler, écrivain en blouse blanche qui a signé le best-seller La Maladie de Sachs, traite dans un nouveau roman de la fin de vie et de l’euthanasie.
  • Félicité HERZOG        Un héros    Grasset   :      « J’ai longtemps vécu avec une énigme qui m’est devenue insupportable. Je tente ici de la résoudre par des mots où sont venus se fondre ma mémoire des lieux, des sensations, des musiques et lectures d’enfance, des recherches récentes.  » Cette énigme est celle du suicide de son frère. Le héros c’est son père….
  • Xavier PATIER      Chaux vive     La table ronde :   Librement inspiré d’un fait-divers très noir et transposé dans le bordelais, une prose mélancolique où s’oppose le bien et le mal.
  • Alexandre JARDIN    Joyeux Noël    Grasset      :    » – Mes secrets me construisent, mes angles morts me détruisent. Puis elle ajouta avec jubilation : – A Noël, j’offrirai le plus beau des cadeaux : ma vérité ! A ceux que j’aime, ma famille. C’est comme cela qu’il faut vivre ! Nous serons vieux plus tard.

– Joyeux Noël ! »

Alexandre Jardin continue à explorer l’histoire familiale. C’est à la fois sordide et caustique, bouleversant aussi. L’auteur sait nous mener où il veut, et il semble s’en amuser….

  • Alain PAUCARD   Tartuffe au bordel     Le Dilettante    :  Pamphlet drôle ou flotte un vent de révolte…L’auteur n’aime ni l’hypocrisie, ni la bien-pensance et avec force références historisques  et littéraires  il nous le prouve. Un livre dans l’air du temps où « la chair n’est pas triste » ( c’est l’auteur qui le note)
  • Jeanne CORDELIER     Escalier F    Phébus  :  « L’enfance n’est pas toujours le nid douillet rêvé. Au sixième étage du 14, rue Hoche à Malakoff, une fratrie a subi, dans les années cinquante, les assauts d’un milieu familial violent. » Jeanne Cordelier se raconte une nouvelle fois ( La dérobade) et c’est assez terrible.
  • Antoine CHOPLIN      La nuit tombée     La fosse aux ours  :   « Un homme sur une moto, à laquelle est accrochée une remorque bringuebalante, traverse la campagne ukrainienne. Il veut se rendre dans la zone interdite autour de Tchernobyl. » Un retour poignant dans une région dévastée. Un tout petit texte époustouflant .
  • Viviane AUGER    L’enfant de l’autre    Lucien Soumy édition  :    « Le jour même de ses cinq ans, Angèle, le coeur brisé, quitte son village natal pour être placée dans un orphelinat religieux réputé pour sa discipline de fer. Mais pourquoi ? Elle n’est pas orpheline… « 
  • Daniel PENNAC     Le 6 e continent    Gallimard   :   une nouvelle :  Ancien malade des hôpitaux de Paris,  un médecin qui nous relate durant une longue nuit comment il perdit la foi, la retrouva , puis la perdit à nouveau…. suivie du  6 e continent, une pièce de théâtre sur le thème de la pollution.
  • Grégoire DELACOURT    L’écrivain de la famille   Le livre de poche   :   « À sept ans, Edouard écrit son premier poème. Trois rimes pauvres qui vont le porter aux nues et faire de lui l’écrivain de la famille. Mais à neuf, il découvre le sens de « déchéance ». Les mots ne lui viennent plus. »  L’histoire d’une famille, à la vie difficile, où beaucoup d’espoirs reposent sur les épaules d’un petit garçon qui ne veut pas décevoir… Faut-il en rire?  en pleurer? Un joli moment de lecture.
  • Jean-Louis FOURNIER      ça m’agace    Anne Carrière   :  Jean-Louis Fournier manie l’humour noir comme personne. Il vitupère, râle, peste, invective… Et cela fait du bien. « Jean-Louis, tu n’es jamais content et tu te plains toujours. »
  • Joseph CHENERAILLE      Le grand ciel    Champ Vallon   :   » L’Histoire de France est, à la manière d’une lanterne magique, une machinerie à images. Ainsi celle des figures royales comme cette Reine Claude dont la mort est la trame du récit : mort d’une reine, d’une femme, d’une mère, avec la petite fille toujours en elle. » Ce livre raconte 5 épisodes dans la vie de cette reine, Claude de France, qui mourut le 25 juillet 1524 à Blois. Ce livre n’est pas vraiment un roman mais plutôt « un récit, une littérature, une machinerie à images, une sorte de lanterne magique » comme le dit si justement l’auteur.
  • Karine LEBERT     Loin de Margaux     De Borée  :   « En 1940, durant l’exode, Margaux échappe à la vigilance des siens. Kidnappée par Clémence, elle se retrouve à fuir sur les routes avec une inconnue qui la chérit comme sa propre fille » Mais la petite fille terrorisée n’oubliera pas sa famille, qui la recherche de son côté.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s